Sociolinguistique Urbaine

- Normes et identités en rupture -

Lettre d'information

Suivez ce lien pour vous abonner.

Mises en mot des processus de normalisation au sein de l’institution carcérale

Nolwenn Troël-Sauton, doctorante en Sciences du Langage (sociolinguistique) sous la direction de Thierry Bulot (université Rennes 2 - France)

  • Le milieu carcéral est une institution qui se constitue autour du rapport de force surveillant-e / détenu-e, c’est-à-dire autour d’une domination légitime de la norme étatique à l’égard d’une population perçue quant à elle comme dangereuse et de ce fait illégitime. En effet, les surveillant-e-s pénitentiaires sont considéré-e-s comme des agents d’Etat par les procédures de Code pénal, et donc par là même comme appliquant rigoureusement les règles produites. Pourtant, ces surveillant-e-s ont un dans le même temps un rapport individualisé à la production de règles afin de pallier tant aux absences de règles qu’à celles qui, contextuellement, vont à l’encontre des missions de sécurité (ibid.). Dans cette optique, le rapport de pouvoir statutaire dans la relation surveillant-e / détenu-e instaure nécessairement un arbitraire puisqu’incarné par des subjectivités génératrices de règles personnelles et variables en fonction des interactants, des expériences passées et de l’instant même de l’interaction.
  • La mise en mot est analysée comme manifeste des rapports sociaux, et donc des rapports de pouvoir. Le locuteur quant à lui ne peut être envisagé comme autonome face à son énoncé dont il ne maitrise qu’une partie de l’origine et du sens puisqu’il est lui-même traversé par un discours collectif toujours déjà là. Il s’agira d’analyser les processus de domination et normalisation à l’oeuvre pendant l’incarcération par la mise en mot des relations surveillant-e / détenu-e. C’est dans ce cadre théorique que des entretiens psychosociolinguistiques sous forme de récits de vie de personnes anciennement incarcérée sont réalisés. Si ces entretiens permettent d’aborder le caractère macrosociologique (et donc ici macrosociolinguistique) des rapports de pouvoir au sein du carcéral, ils souligneront également les différentes réponses des sujets parlants à cette domination institutionnalisée.

Mentions légales - Contact - Espace privé