Sociolinguistique Urbaine

- Normes et identités en rupture -

Lettre d'information

Suivez ce lien pour vous abonner.

Le parler des jeunes Tizi-ouzéens dans un milieu urbain

Boumedine Farida, docteure en Sciences du Langage, Ecole doctorale algéro-française, co-dirigée par Assia Lounici et Thierry Bulot, Université d’Alger 2.

Mention Très Honorable avec les félicitations du jury.

Le parler des jeunes Tizi-ouzéens dans un milieu urbain, vers la koinéisation sociolinguistique de la ville de Tizi-ouzou ? Mots-clés : le parler jeune / territoire / identité / norme / représentations sociolinguistiques / individuation linguistique / insécurité linguistique.

  • L’étude des pratiques urbaines des jeunes n’est pas une réflexion tout à fait récente. Nombreux sont les travaux de diverses disciplines (sciences de l’éducation, sociologie urbaine, sociolinguistique, psychologie sociale…) qui ont été élaborés dans la perspective d’examiner la particularité des pratiques sociales des jeunes dans un milieu qui fait émerger une culture urbaine, comme les tags et les graffitis, le style vestimentaire, la musique rap, les formes linguistiques (l’argot, le verlan) : un milieu qui favoriserait la formation d’un mode d’expression symbolique dont la visée serait l’affirmation identitaire d’un groupe social prédéfini par l’âge.
  • Des descriptions linguistiques sont entamées suite à l’émergence d’un parler spécifique qui est apparu dans des réseaux sociaux que se sont constitués les jeunes dans le but de se reconnaître entre groupes de pairs. Deux courants linguistiques se sont penchés sur l’étude des pratiques langagières des jeunes. L’un s’inscrit dans l’approche variationniste, où les travaux effectués sont centrés sur les variations des langues circonscrites dans les territoires qui leur ont donné naissance tels que les cités, les banlieues, les quartiers, sans pour autant que l’urbanité soit étudiée comme facteur déterminant la variation. L’autre courant est purement linguistique formelle dont la description de la spécificité langagière des jeunes s’appuie sur l’aspect de la morphologie lexicale ou argotologique.
  • La sociolinguistique urbaine est cette science qui s’est préoccupé de cette composante particulière des pratiques des jeunes dans le milieu urbain. L’articulation des pratiques langagières avec l’espace urbain se fait à travers l’identification que se font les jeunes des territoires que comporte une ville et l’appropriation qu’ils s’en font comme indicateur de leur appartenance sociale.
  • Dans le cadre de cette thèse, l’approche d’analyse des formes linguistiques qu’adoptent les jeunes lycéens et étudiants universitaires de la ville de Tizi-ouzou en tant que formes identitaires est empruntée à la sociolinguistique urbaine. Celle-ci nous offre un modèle théorique dont le champ conceptuel répond à nos préoccupations, notamment celle d’examiner le parler d’une catégorie sociale dans une ville composée de différents espaces et caractérisée par un plurilinguisme.
  • Pour appréhender la dynamique des langues associées aux différents espaces de la ville de Tizi-ouzou tel qu’ils sont perçus, vécus, et (re)construits par les jeunes, nous comptons étudier les parlers jeunes sous l’angle de la construction identitaire matérialisée par l’usage d’une forme linguistique spécifique dans des espaces évalués comme étant valorisants. Pour ce faire nous examinons les représentations que se font les jeunes Tizi-ouzéens sur leur parler et sur celui d’autrui, ainsi que sur leur ville.
  • L’activité communicative des jeunes à laquelle nous faisons référence dans cette étude est une forme linguistique spécifique avec un registre de langue codé qui serait une marque d’individuation linguistique dont la compréhension est réservée uniquement aux initiés. Elle nous renseignera sur la manière dont les jeunes organisent leur territoire en fonction de la langue adoptée dont l’issue sera l’appropriation des espaces. Parallèlement, il faut penser cette pratique langagière comme une minoration linguistique du fait que les jeunes se représentent qu’il y a une norme, mais ne l’ayant pas acquise se sentent en insécurité linguistique. La recherche d’une légitimité linguistique passerait donc par la création d’un mode d’expression particulier qui leur signifiera une sécurité identitaire.

Mentions légales - Contact - Espace privé